Manger de la merde

C’est une bande de copains qui se retrouvent après le travail pour prendre un pot dans le bar habituel sur le coup des 6 heures du soir. A 11 heures du soir, un des gars dit aux autres :
– Il faut vraiment que j’appelle ma femme. Elle doit commencer à s’inquiéter. Le gars prend le téléphone au bar, compose le numéro, et dès que ça décroche, il dit :
– Bonsoir chérie… Qu’est-ce que tu as prévu à manger ce soir ?

Alors la femme répond à l’autre bout du fil (suffisamment fort pour que les voisins de bar l’entendent) :
– MERDE !

Et le gars sans se démonter :
– Alors n’en prépare que la moitié parce que je ne rentrerai pas pour manger ce soir.

Les vêtements du mec bourré

C’est un type qui rentre chez lui après une petite fête et qui s’est gerbé dessus. Il explique à sa femme :
– Chérie, il m’est arrivé une histoire incroyable, je buvais un café au bar avec des copains, quand un type ivre est entré et m’a gerbé dessus, remarque, le mec a été correct, il m’a donné 20 euros pour le pressing. Le lendemain matin :
– Dis moi, le type qui t’a gerbé dessus, tu le connais ? tu vas le revoir ?
– C’est possible, pourquoi ?
– Tu lui diras qu’il te redonne 20 euros parce qu’il a aussi chié dans ton slip !

Le sexe et la transplantation cardiaque

Robert vient tout juste de subir une transplantation cardiaque. Avant de quitter l’hôpital, le chirurgien lui donne les recommandations classiques : surveiller le cholestérol, pas d’alcool ni de tabac et huit heures de sommeil par nuit au moins. – Et en ce qui concerne ma vie sexuelle ? S’inquiète Robert. Je pourrai continuer à avoir des rapports comme par le passé ?
– Seulement avec votre femme, répond le docteur. Il ne faudrait pas que vous soyez trop excité.

Les turpitudes des deux curés

En fin d’après-midi, le père Joseph rend visite à son copain de promo, l’abbé Martin. Il se confie à lui :
– J’en ai RAS LE BOL de cette vie vertueuse que notre sacerdoce nous impose. Ce soir, j’ai envie qu’on aille faire la fête tous les deux. On fera la java, on boira, tout ce qu’on a toujours voulu faire mais qui nous est interdit parce qu’on est des curés, on le fera ! Qu’est-ce que t’en penses ? Martin est consterné :
– Mais tu es fou ? C’est une petite ville ici et tout le monde se connaît. En plus, même s’ils ne nous connaissent pas, les gens vont nous repérer avec nos habits de curés…

Mais Joseph a tout prévu :
– Ne sois pas si bête : on ira dans une ville où personne ne nous connaît, et on s’habillera comme tout un chacun.

Finalement, après avoir insisté lourdement, Joseph parvient à emmener son copain Martin. Les voilà partis à une centaine de kilomètres de là, dans une grande ville connue pour la chaleur de ses nuits. Sur place, ils font la fête comme des pros. Lorsqu’ils sont de retour chez eux, sur le coup des 6 heures du matin, Martin s’angoisse :
– Je viens juste de penser à un truc… Il va falloir se confesser de tout ça…?

Mais Joseph a trouvé la parade une fois encore :
– Calme-toi. Cet après-midi, tu iras au confessionnal. Je serai là pour t’écouter confesser tes pêchés et t’absoudre. Ensuite on intervertira les rôles. D’accord ?

Martin est d’accord. Et tous les deux vont dormir, l’esprit serein.

L’après-midi, Martin est le premier à se confesser :
– Mon père, pardonnez-moi car j’ai pêché. Avec un ami à moi, nous sommes sortis la nuit dernière, et nous nous sommes conduits comme de vrais débauchés. Nous avons bu de l’alcool jusqu’à nous rendre ivres, nous avons été grossiers, et nous avons eu des rapports charnels avec des prostituées !

Joseph lui répond :
– Dieu est bon et indulgent, aussi le serai-je avec toi : Tu réciteras 5 Notre Père et 5 Je Vous Salue Marie, et tes pêchés seront absous.

Un peu plus tard, c’est au tour de Joseph de se confesser, et à Martin d’absoudre. Joseph s’installe et commence à se confesser. Il raconte tout en détail, puis il attend la sentence de son ami Martin. Après une pause, Martin lui répond :
– Je ne le crois pas ! Tu oses encore te dire prêtre après tout ce que tu as fait cette nuit ? Tu me réciteras 500 Notre Père et 500 Je Vous Salue Marie ; puis tu donneras tout l’argent des quêtes du mois à venir au Bureau d’Aide Social de la ville, tu n’oublieras pas non plus de faire 5 fois le tour de l’église à genoux en demandant son pardon à Dieu. Lorsque tu auras finit tout ça, tu reviendras me voir, et là on verra si je peux te donner l’absolution… mais je ne te garantis rien !
– QUOI ? hurle Joseph très choqué. Tu oublies qu’on avait un accord !?

Martin lui répond :
– Hé, ce que je fais en dehors du boulot, c’est une chose, mais je prends mon travail très au sérieux.

Complètement bourré dans son lit

Un mec bourré rentre chez lui sur le coup des trois heures du matin et tente de se coucher sans que sa femme ne s’en rende compte. Mais à peine dans le lit, un laisse échapper un pet sonore qui ne manque pas de réveiller l’épouse qui lui demande :
– Hé, qu’est-ce que c’est que ça ? Le gars répond :
– Je viens de marquer un but. Je mène « 1-0 »

Elle pense alors « Je vais lui régler son compte à ce porc » et Prrrrtt, elle lâche elle aussi un pet sonore.
– Hé… qu’est-ce que c’était ?

Elle répond :
– Ça, c’est mon égalisation. Ça fait « 1 partout ».

Énervé, le mari se dit « Je vais lui clouer le bec à cette pimbêche » et il se met à pousser, pousser… tant et si bien que le sphincter se relâche complètement, et que le poivrot bouse tel une vache dans le lit !

La femme, entendant le soupir de contentement de son mari s’inquiète :
– Qu’est-ce que c’est que ça encore ?

Et l’autre :
– C’est la mi-temps : changement de côté !

Faire jouir une jeune femme

Un septuagénaire, qui veut épouser une nana de vingt ans, va trouver son médecin pour lui confier :
– Au cours de ma nuit de noces, j’aimerais voir ma femme jouir au moins à trois reprises. Est-ce que c’est possible ? – Très possible, assure le docteur.
– Vraiment ? Et que devrai-je absorber ?
– Un bon whisky… pendant qu’assis sur un fauteuil vous regarderez votre femme se faire baiser par un garçon de son âge.